Retour projets

Palais lumière

Restructuration des anciens thermes en musée médiathèque, centre de congrès et salle de spectacle

Ernest BRUNNARIUS, 1902

L’institut hydrothérapique, construit en 1902 par l’architecte Ernest Brunnarius et terminé par Jean-Albert Hébrard, illustre l’apogée de l’éclectisme «Beaux Arts» au service des plaisirs de la bourgeoisie de la révolution industrielle.

L’édifice vaut plus que son image. Le respect de sa typologie, de sa composition s’impose au projet. Les espaces représentatifs du projet : la salle de congrès à l’Ouest et la salle principale du musée à l’Est trouveront naturellement leur place sous les verrières des cours intérieures qui couvraient autrefois les bassins.

La conservation et la transmission d’un patrimoine exceptionnel conduisent à une démarche de projet qui mêle la restauration, la restitution et la création: restauration des éléments remarquables comme les verrières centrales et le hall ; restitution des parties nécessaires à la compréhension de la force et de l’unité de la composition de Brunnarius comme le dôme et les clochetons ; création, nécessaire à la transformation totale des fonctions comme les verrières hautes sur cours.

 

En savoir plus

Ernest Brunnarius, membre du Club Alpin Français qui mourra de sa passion pour la montagne avant de terminer son chantier, transmet sa fascination pour la nature à travers son architecture. Son oeuvre est un parcours : il faut gravir des rampes, s’aventurer dans l’antre obscur du vestibule, se laisser émerveiller par le hall baigné de lumière irisée, et rafraîchi par l’eau des quatre sources d’Evian. Ici, tout est parcours et découverte.

 

La séparation des sexes pour les soins du corps, donne prétexte à une composition symétrique monumentale, centrée sur une tour coiffée d’un dôme rutilant de zinc estampé et de verre qui culmine, tel un ultime pic des Alpes, à 35m au-dessus des eaux calmes du Léman.

A l’intérieur, la combinaison du verre et de l’acier laisse pénétrer la lumière dans les moindres recoins. Le grand hall, éclairé par une coupole de verre cathédrale et des verrières de vitrail aux quatre points cardinaux s’illumine comme une lanterne magique aux premiers rayons du soleil. Les anciennes piscines, au centre des cours des ailes latérales sont couvertes de verrières d’acier et de verre dont l’élégance tient de la finesse des profilés.

 

Transformé, dégradé, amputé de son dôme et de ses clochetons, le bâtiment gît abandonné, épave au bord du lac, quand la ville d’Evian le rachète pour en faire un centre de congrès, une médiathèque et un musée.

••
  • LocalisationEvian-Les-Bains (74000)
  • Maître d’ouvrageVille d’Evian-Les-Bains
  • Calendrier2003-2007
  • Montant HT / Surface17 M € HT
  • EquipeFrançois Chatillon, architecte
    Avec Michel Spitz, architecte
Vue de l’entrée restaurée, 2007