Retour projets

Maison des Sciences de l’Homme

Rénovation de la Maison des Sciences de L’Homme – 54 boulevard Raspail à Paris (6e)
  • LocalisationParis (75006)
  • Maître d’ouvrageEPAURIF
  • Calendrier2013-2017
  • Montant HT / Surface16 430 m2
  • EquipeFrançois Chatillon, architecte mandataire
    Atelier Michel Rémon Architecture
    IGREC Ingénierie, bureau d’études TCE
    ROUX & Associés Ingénierie, Façades
    Consultants :
    Vanessa Fernandez, architecte, Maître Assistant ENSAT (Façades, Patrimoine, mobilier), Emmanuelle Gallo, Architecte, Docteur HDR (Histoire des techniques)
    Anne-Charlotte Depondt, Historienne de l’architecture, Richard Palmer Consulting, Restauration des bétons
••

La Maison des Sciences de l’Homme est un lieu emblématique de la recherche en sciences sociales. Son « temple « voulu par Fernand Braudel est l’œuvre de l’agence Lods, Depondt, Beauclair.

Métaphore du travail du chercheur, désobéissant à l’ordre urbain du boulevard Raspail, son architecture transparente nous invite à découvrir ce qui se cache derrière les apparences de la façade.

Ici, comme rarement, le propos de l’architecture n’est pas l’architecture, celui de la restauration n’a donc pas été la restauration.

Si les sous-sols, autrefois parkings, ont été remaniés pour accueillir de nouvelles fonctions, les superstructures ont été restituées en suivant scrupuleusement le plan « objectif transparence » élaboré avec la plus grande finesse par l’ancien collaborateur de Mies Van der Rohe, véritable auteur du projet, Paul Depondt.

 

 

 

En savoir plus 

Manifeste de l’architecture métallique, le bâtiment construit entre 19565 et 1969 par les trois architectes Lods, Depondt et Beauclair, possède plusieurs réalisations innovantes : sa structure métallique et ses planchers en béton précontraint, sa façade en mur rideau avec volets mobiles extérieurs et la modularité des espaces.

Récemment désaffecté pour permettre son désamiantage, le bâtiment accueillera à nouveau les chercheurs à partir de 2017. Le projet respectera l’esprit et la matière de l’œuvre initiale. La restauration des modules de façade est conduite dans une démarche de conservation qui demande une grande attention au détail et une grande finesse d’intervention.

A chaque niveau, les grands plateaux de bureaux sont reconstitués sur la trame existante et les bureaux sont distribués autour des espaces de réunion et de documentation au centre des plateaux.

L’intervention à l’intérieur de l’édifice libère de nouveaux espaces de convivialités, tous situés au sud du bâtiment A et à chaque niveau (R+1 à R+4) autour de l’escalier monumental « Chambord ». Dans la continuité d’un mode de travail collaboratif instauré par la MSH depuis sa création, les usagers profiteront de ces espaces de rencontres, accessibles et équipés avec les dernières technologies, optimisant ainsi les échanges/brainstorming, organisés ou spontanés, nécessaires à l’émulation des chercheurs.

Les niveaux de sous-sol seront quant à eux, totalement transformés par la création de patio et de puits de lumières pour permettre leur utilisation par le public (salles de cours, restaurant éclairé en lumière naturelle).